Le béton cellulaire

Sa composition (environ) : 64% de sable de quartz siliceux, 21 %de ciment (cpj 32,5), 15 % de chaux, 0,05 % de pâte ou poudre d’aluminium, 1 % de gypse, et bien sûr d’eau. Un bloc fini autoclavé contient 80 % d’air, d’où la légèreté de ce matériau, qui d’ailleurs flotte de la même manière que la pierre ponce.

C’est un matériau relativement écologique dans le sens où 100 % des déchets avant autoclavage sont recyclés et 90 % après autoclavage sont remis dans le cycle de fabrication.

Un sculpteur connu comme Roger Chomeaux (dit Chomo) a utilisé le béton cellulaire pour certaines de ses sculptures, il en disait : « Je le sculpte comme on écrit un poème »… ce qui résume assez bien ma propre idée de ce matériau très tendre, qui justement par sa « tendresse » nous permet d’aller si loin, même sans aucune connaissance de la sculpture !

C’est aussi une bonne image je trouve, car le fait que, contrairement à la sculpture de la pierre ou du bois qui demande une certaine force physique et crée des chocs par l’utilisation du maillet, ce matériau peut être réellement travaillé avec douceur (mais fermeté) même lorsque l’on utilise un ciseau, car la matière absorbe les chocs et tout devient alors tendresse et donc poésie ! 🙂

Bref, je dirais que c’est un matériau parfait pour l’apprentissage de la sculpture par les enfants, et bien sûr par tout ceux et toutes celles qui ont besoin de douceur… dans ce monde de brutes ! 😀

Je pourrais encore parler longuement de ce matériau et de comment le travailler et ce qu’il m’évoque, ce qui me fera l’occasion d’écrire mon premier ebook sur le sujet, suite à un défi que je me suis lancé aujourd’hui…

———————————————-

Où le trouver et en quelles dimensions : les plus gros blocs du commerce sont vendus quelques euros en 60 x 25 x 20 cm dans les grandes surfaces de bricolage, on en trouve d’un peu plus gros dans les plateformes du bâtiment en 62 x 30 x 25 et on trouve de nombreuses autres dimensions de blocs et de carreaux que je ne vais pas énumérer ici.

Sachez simplement que si vous souhaitez faire par exemple un bas-relief, vous n’avez peut-être pas besoin d’un bloc épais, mais juste d’un carreau de 5 cm, 7 cm ou 10 cm d’épaisseur.

Il est donc utile de connaître les diverses présentations qui vous permettront de choisir plus précisément la taille idéale de votre bloc, de manière à vous éviter un travail de sciage fastidieux.

Le béton cellulaire résiste très bien à la compression puisque des maisons sont entièrement bâties avec ce matériau, tant pour les murs porteurs que pour les cloisons. En revanche le béton cellulaire craint les chocs, surtout les parties plus minces d’un ouvrage, du fait de ses nombreuses bulles d’air qui le fragilisent et de sa composition.

La seule précaution pour le travailler si l’on veut en faire un hobby régulier est de mettre des gants, car ce matériau est abrasif si usage répété. La poussière dégagée lors du sciage et ponçage est plus lourde que celle du plâtre ou de la farine, par exemple, donc il n’est pas utile de porter un masque sauf bien sûr en cas d’allergie. La poussière sur les vêtements part très bien au lavage et ne pose aucun souci.

En ce qui me concerne, je ne mets jamais de gants car j’aime « sentir » la matière et je trouve qu’on la tient mieux en main ainsi.

————————————————

OK, j’ai bien compris, mais moi je veux faire une grosse sculpture, comment je fais ?

Et bien, rien de plus simple, il existe des mortier-colles spécialement conçus pour le béton cellulaire que vous trouverez également en grandes surfaces de bricolage. En appliquant une fine couche de cette colle vous ferez un joint mince qu’il sera plus facile de cacher ensuite, soit par un enduit étalé sur toute la surface de votre sculpture, soit simplement en ponçant l’excès de colle du joint.

Share

One comment on “Le béton cellulaire

  1. bonjour je n’ai pas pu télécharger le livre et quand je réessaye j’ai un message qui me dit que je suis déjà inscrit.
    Comment faire pour le télécharger, je vous donne mon mail jl.bastide@gmail.com
    merci pour votre aide
    cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *