L’histoire du béton cellulaire

Plus ancien qu’on ne le pense, la création du béton cellulaire est né de l’association de différentes découvertes de la fin du 19ème siècle sur les mortiers à base de chaux, de ciment et de sable.

En 1877, le Dr Zernikow a été le premier à étudier le durcissement de mélanges de sable siliceux avec de la chaux vive portés à haute température sous pression de vapeur d’eau. Les mortiers obtenus ne présentaient pas de résistances mécaniques suffisantes pour la construction.

En 1880, W. Michaelis (Allemand) démontre précisément l’action de la vapeur d’eau saturée à haute pression sur la silice. Il invente le traitement pour accélérer la cristallisation du silicate de calcium hydraté (CSH), donnant naissance à la première forme de béton cellulaire : un silicate de calcium hydraté hydrorésistant.

En 1889, E. Hoffman met au point le processus d’expansion du mélange.

En 1924, le Suédois J. A. Eriksson débute la production du béton cellulaire et 3 ans plus tard, il est amélioré par une cuisson par autoclavage. Le produit est né dans le sud de la Suède, d’un village qui donne son nom au produit de la marque Ytong.

En 1929, la société Ytong produit le béton cellulaire à l’échelle industrielle, société qui dépose sa marque en 1940 et devient le N°1 mondial des matériaux de construction.

Pour info, les marques Ytong et Siporex fusionnent en 2003 en « groupe Xella », racheté lui-même en 2008 par PAI Partners et Goldman Sachs Capital Partners.

 

FacebookTwitterGoogle+Partager

About Pierre de Pierrefort

La sculpture sur béton cellulaire est la plus récente de mes passions, née alors que j'utilisais le béton cellulaire pour construire des cloisons. Je fais toujours de la rénovation de maison autant que des formations en sculpture et j'avoue que j'adore transmettre mes connaissances surtout dans les domaines qui me passionnent. Mes autres passions de très longue date sont la psycho/philo appliquée au développement personnel, avec une petite touche de spiritualité, et la danse de couple, en particulier le rock que je pratique depuis mes 18 ans et que je danse surtout sur d'excellents morceaux de jazz classique, mais pas que... Comme j'adore faire partager mes idées et mon expérience en divers domaines, je suis en train de créer un blog sur le monde des zèbres, et contrairement à ce que tout le monde semble penser, je suis tout-à-fait convaincu qu'on peut être un vrai zèbre sans pour cela être un surdoué ou HQI (Haut Quotient Intellectuel), le fonctionnement du zèbre étant très particulier, je sais, j'en suis un ! C'est un gros morceau pour moi ce blog, mais malgré tout j'ai un autre projet de blog ensuite : développement personnel et du couple, avec une grosse incursion dans le monde des couples atypiques, ...c'est mon cas également ! Donc dans ces deux prochains blogs, je ne parlerais que de choses que je connais depuis l'enfance et vis au quotidien. Si vous êtes intéressé(e) par l'un de ces blogs, j'accueillerais avec grand-plaisir vos commentaires et si vous souhaitez écrire dans mes blogs un article, un témoignage ou votre propre histoire (qui restera anonyme bien sûr), je vous invite à me contacter par mail en utilisant la page de contact. A très bientôt ! Pierre

2 comments on “L’histoire du béton cellulaire

  1. Bonjour Pierre, effectivement je n’aurai jamais pensé que le béton cellulaire soit aussi ancien… je le voyais comme un matériau plus moderne. Intéressant. Ce qui l’est plus à mes yeux, c’est que dans sa composition, il y a de la chaux vive ! Et vu l’usage que tu en fais (sculpture) elle aide certainement à la diffusion d’une bonne énergie… il faudrait « creuser » de ce côté… à savoir par exemple le % qu’il y a

    • Bonjour Chantal, Oui, intéressant, il y a 15% de chaux, ce qui est pas mal ! j’ai noté la composition du béton cellulaire dans l’onglet « Le matériel ». Energétiquement, je « sens » bien ce matériau, ce qui n’est pas le cas du béton tout court ! :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>